Comment avancer - Idée de beauté intérieure #8


Au fil des dernières semaines j’ai développé le sujet de l’amour de soi. Toujours avec cet envie débordant d’aider mes lectrices, mes lecteurs d’avancer dans leur vie, de fleurir, de se sentir pousser des ailes, de s’embras(s)er. De se libérer du regard des autres, de rayonner de l’intérieur, de trouver sa vraie nature.
 
Ce sont sans doute aussi des questions qui m’occupent personnellement, ces jours ci. Qui suis-je, qu’est-ce qui je suis censé de faire de ma vie? Des questions qui reviennent régulièrement, aussi souvent que je sens que les réponses trouvés jadis ne sont plus valables, que ma vie a évolué. Est-ce que j’aime ce nouveau moi? Avec la vie qui évolue il y a aussi des nouveaux doutes qui s’installent. Les doutes qui sont un peu comme l’ombre du feu intérieur, que je n’ai pas vraiment envie d’avoir en moi mais qui font, je le crois, intimement parti de chaque être humain.
 
La dernière fois j’avais écrit que, avant de s’aimer soi m’aime (comme une amie ici sur facebook la si joliment dit) il faut s’accepter et que l’art de s’accepter consiste à se connaître, à se comprendre. Mais comment je peux connaître se nouveau moi, le comprendre? Il me semble que ces réponses sont cruciales pour pouvoir avancer, pour pouvoir reprendre l’envol vers des nouveaux horizons, sans se perdre. Je ne suis pas le seul à se poser cette question de compréhension de soi-m’aime, bien des gens me la posent.
 
Ce n’est pas si compliqué que ça, si on a juste un petit peu de temps, de silence et si on sait (s’)écouter. Vous avez déjà essayé? Moi oui, et j’ai rien entendu, rien compris... parce que je n’ai jamais appris. Et si on enseignait à l’école comment s’écouter? À force d’essayer je suis tombé sur une méthode assez simple. Je me pose des questions. Mais pas n’importe lesquelles. Une question qui marche assez fort (pour moi) est: Est-ce que tu es en résistance, là?
 
Car quand je suis en résistance il m’est impossible d’avancer. Je lutte contre quelque chose. À la place de me battre pour quelque chose. J’ai une amie qui lutte depuis des années, pour ne pas dire depuis des décennies contre son poids. Elle a essayé des milliers de trucs, de régimes, c’est un longue cheminement de hauts et de bas, de l’euphorie et de frustration. Cela me fait mal de la voir souffrir ainsi et de la voir perdre tellement d’énergie de vie dans cette lutte.
 
Je me suis imaginé comment cela pourrait être autrement. Je me suis imaginé que cette amie arrête de lutter, qu’elle dit “stop! ça suffit!”. Qu’elle se pose la question de la résistance, qu’elle découvre et commence à comprendre. Qu’elle commence à se connaître pour de vraie, dans toute sa nudité, sa vulnérabilité, sa splendeur, de découvrir ce feu intérieur, et ses ombres. Qu’elle commence à s’accepter telle qu’elle est, à ne plus vouloir perdre du poids à tout prix. Qu’elle commence même à s’aimer, même si elle prenais du poids supplémentaire car cela ne change rien dans son amour, sa valeur en tant qu’être humain. Je me l’imagine bien en elle-même, fleurissant, avec des ailes qui ont poussé, rayonnante de l’intérieure, belle, remplie d’une source d’énergie intarissable. En train de péter la forme
 
Je crois qu’à partir de ce moment, où toute question de poids et devenu secondaire, il est possible de travailler de manière durable à perdre du poids, si tel sera toujours le souhait. Donc si je veux avancer, il faut (je ne l’aime toujours pas trop, cette expression) se résoudre à ce fameux lâcher-prise, transformer cette résistance en connaissance, en compréhension, en acceptation, en Amour.
 
Bon vol !
 
Sven Ahlborn
 
efflorescence — (noun) Recognized as one of the most beautiful words in the English language, efflorescence is recognized as a state of blooming, flowering and development.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Accepter l'inacceptable - Idée de beauté intérieure ° 13

La beauté, un bien de consommation? - idée de beauté intérieure # 4

Les fleurs du cerisier - Idée de beauté intérieure # 12